L’état colloïdal

 

L’ETAT COLLOIDAL EN BIOLOGIE

Ou le grand bêtisier…

AVERTISSEMENT:

Devant la recrudescence de contre vérités de natures ignares ou purement trompeuses, destinées à alimenter un Marketing pauvre concernant le Silicium Organique, il nous est apparu urgent de dénoncer ces pratiques moyenâgeuses, voire ésotériques qui desservent complètement le Silicium dans sa vocation nutritionnelle.

Les plus belles perles du bêtisier, disséminées auprès des lecteurs sur internet ou sur le terrain des magasins de diététique sont les suivantes:

 

  • L’état colloïdal n’existe pas dans l’organisme?!
  • Les molécules colloïdales sont dangereuses?!
  • Les formes colloïdales du Silicium Organique forment des calculs rénaux ou hépato-pancréatiques?!
  • Le Silicium Organique colloïdal ne traverse pas les membranes ?!
  • Les Parabens ne sont pas toxiques, quand ils sont associés au Silicium Organique du commerce?!

 

 

NOS COMME TAIRES:

Tous les textes, publications, recherches, enseignements universitaires démontrent et prouvent que les personnes ou sociétés qui distillent ces fausses informations n’ont jamais

fait de chimie organique, de la bio-chimie ou pharmaceutique médicale; des centaines de milliers de pages l’attestent.

 

1. L’état colloïdal n’existe pas dans l’organisme ?!

Toute notre biologie circulante ou tissulaire est régie par des phénomènes osmotiques ainsi que de transferts ioniques, anioniques ou neutres, qui mobilisent le milieu colloïdal.

En effet, tout notre matériel cellulaire, baigne dans un milieu colloïdal; principalement formé d’eau complexe. L’eau de nos cellules passe des millions de fois au travers des membranes épaisses de quelques nanomètres 10-9m, au travers de protéines de surface ou de structures, telles que ATP synthétase ou bien de protéines Glycannes, Connexines et Sélectines.

 

L’encombrement moléculaire étroit favorise dans certaines régions de passages la formation de molécules d’eau de nature polymériques ( H2O),  pouvant aller de 1 à 52 au minimum.

Avec n = 1, nous retrouvons l’eau dite normale ou monomère H2O (mH2O = 18). Avec des indices variant de 1 à 5 2, nous serons en présence d’eau dimère, trimère, pentamère, voire

même plus. Des chercheurs Russes ont obtenu en 1990 de l’eau polymère ou polymérique avec n = 70, donc ayant une masse molaire globale importante, à savoir 70 x 18 = 1260.

Curieusement, en faisant passer dans certaines conditions de température et de pression et en présence d’un catalyseur convenable, ils ont obtenu le polymère de l’eau à la sortie des

nanopores de Silicium!

 

2. Les molécules colloïdales sont dangereuses?!

Notre sang total contient 30g de matériel cellulaire organique de tous ordres (formule sanguine) pour 1 litre de Plasma.

Cet ensemble constitue le premier colloïde vital, alors pourquoi serait-il dangereux? La même chose s’applique pour notre lymphe, ainsi que pour tous les liquides interstitiels qui

sont également de nature colloïdale.

 

En réalité, la lymphe est un filtrat de partie plasmatique au travers des parois des vaisseaux capillaires sanguins et nous pouvons la considérer comme un sous produit du fractionnement naturel du plasma (sang total). La lymphe, qui contient des fractions antibiotiques naturelles ou des nutriments organiques indispensables est le premier véhicule de la réponse et de la protection immunitaire. Les molécules nutritives (macro-oligo-micro-nano-) éléments sont dispersés dans notre biologie sous forme de cations et anions associés à des molécules d’eau (polymères) ou à des protéines ou enzymes importantes comme l’ARN (étape génétique) ou bien principalement sous forme de complexes E.M.S (Enzyme-Métal-Substrat) qui représente 30% de toute la machinerie organique, moléculaire, ainsi que de la synthèse protéique de notre biologie.

 

3. Les formes colloïdales du Silicium Organique forment des calculs rénaux ou hépato-pancréatiques ?!

Les états colloïdaux de Silicium ne peuvent pas former des calculs rénaux ou hépatopancréatiques

pour la bonne et simple raison que chimiquement les chaînes phosphates ne

peuvent pas s’associer aux Silanols, tout au moins à 37°C (température vitale), c’est encore

une contre vérité.

 

4. Le Silicium Organique colloïdal ne traverse pas les membranes?!

La forme colloïdale étant indispensable à la vie, il est de ce fait important de proposer des

substances et nutriments que notre biologie reconnaitra comme siennes, et non l’inverse!

De plus, les oligo-éléments (ou nano-éléments ou micro-éléments), contenant du Silicium

Colloïdal Organique, peuvent facilement traverser les membranes et travailler avec les

mécanismes de la synthèse protéique, car l’encombrement stérique moléculaire du Silicium

Organique CH3 Si (OH)3 , de masse moléculaire 94 , permet aisément ce passage, même

sous forme polymère. Le glucose a un encombrement stérique plus important et une masse du

double du Silicium Organique, cela veut dire qu’il ne peut passer au travers des membranes

et migrer dans le cytoplasma.

La biodisponibilité n’est pas proportionnelle à la facilité de dissolution, puisque, en effet le

Cyanure de Potassium (KCN) est rapidement bio-disponible!, mais on ne peut pas dire, qu’il

soit bio vital!

Le Silicium Organique Colloïdal s’associera à des protéines spécifiques et jouera un rôle de

catalyseur dans la synthèse protéique (génétique), base de la vie, chaque millionième de

seconde (10-6 s).

 

5. Les Parabens ne sont pas toxiques, quand ils sont associés au Silicium Organique du commerce ?!

Les Parabens, sont tous, sans exception, cytotoxiques et toxiques selon les doses au plan de la

chronicité.

L’affirmation qu’ils ne sont pas toxiques s’ils sont associés au Silicium Organique est donc

absolument fausse.

Il est prouvé, de plus, que les Parabens s’accumulent dans les tissus profonds et dans les

organes vitaux: foie, cerveau, intestins, muscles, tout comme les Dioxines et PCB(s)

d’ailleurs, leur biodégradation est faible.

La législation oblige de mentionner sur l’étiquette, la présence de conservateurs si leurs

concentrations sont supérieures ou égales à 0.3% en masse par kg/litre d’aliment. Autrement

dit, cela nous indique qu’il y a dans un litre au moins 3 gr (ou 3000 mg) de Parabens. Ces

Parabens sont identifiés par les noms suivants: Ethyl, Methyl, Propyl, Phenyl, Butyl ou

également comme sous E15, E16, E17, E18, E19.

Ceci nous laisse rêveur, car les analyses effectuées dans notre laboratoire sur des marques

connues de Silicium Organique du commerce, nous avons trouvé des teneurs en Silicium

allant de (seulement) 100 à 354 mg (pour les meilleures cuvées) de Silicium élément

contenues dans les Silanols.

Le consommateur doit donc réaliser que pour une petite quantité de Silicium absorbée,

(354 mg)* il devra absorber 3000 mg de Parabens !

* Soit 10 fois le besoin journalier !

Autrement, le consommateur ne boira plus de Silicium Organique pur, mais des

Parabens concentrés à 3000 mg, « enrichis au Silicium dosé 100-354 mg, en fait dix fois

plus de Parabens que de Silicium!

Alors affirmer que les Parabens sont des produits éthiques en version buvable s’ils sont

associés au Silicium Organique c’est ignorer, la pharmacologie et l’immunotoxicité. Tout

cela est bien loin des produits naturels, voire BIO, que le consommateur recherche.

En conclusion, le consommateur doit être informé de ces pratiques trompeuses et ne doit pas

croire à des amateurs qui peuvent mettre en danger la Santé Publique.

 

Prof. Dr. Christian Daniel ASSOU,